Bien manger avec la LMC

[x_section style= »\ » margin:= » » padding:= » »][x_row inner_container= »\ » true= » » marginless_columns= »\ » false= » » bg_color= »\ » style= »\ » margin:= » » auto= » » padding:= » »][x_column bg_color= »\ » type= »\ » style= »\ » padding:= » »][x_text]

Crédit photo : Skitter Photo/StockSnap.io

L’un des plus grands défis pour certaines personnes vivant avec la LMC est la fatigue. Et nous ne parlons pas du genre de fatigue qui disparaît avec une bonne nuit de sommeil. Il s’agit d’une fatigue intense et incessante qui rend vos bras et vos jambes lourds, si lourds que même marcher peut sembler une corvée. Ajoutez à cela des difficultés de concentration et des problèmes de mémoire, et la vie quotidienne n’est pas très amusante.

En réalité, la fatigue liée aux effets secondaires est difficile à combattre. Mais il existe des moyens de se donner une bonne chance de non seulement la gérer, mais de la gérer bien.

Parlons des bases de l’alimentation. Nous savons tous qu’il est important de manger sainement, et nous connaissons bien le Guide alimentaire canadien. Mais le simple fait de mieux manger peut-il être une arme contre les éléments qui nuisent à la qualité de vie, comme la fatigue ?

Melanie Hesketh répond par l’affirmative, et cela se résume simplement à des choix alimentaires.

« La nutrition est définie comme le processus d’obtention des aliments nécessaires à la santé et à la croissance », explique Hesketh, nutritionniste holistique agréée au Lifetime Wellness Centre de Windsor, en Ontario.  » Si vous y pensez chaque fois que vous nourrissez votre corps, vous serez plus conscient de la qualité des aliments que vous lui fournissez. Posez-vous la question suivante : « ‘Est-ce que cela va apporter santé et croissance à mon corps?' »

S’appuyant sur le dicton « vous êtes ce que vous mangez », Hesketh, qui est également analyste sanguin en direct et coach certifié en équilibre métabolique, souligne que des choix alimentaires intelligents sont non seulement synonymes de meilleure santé, mais aussi d’énergie accrue.[/x_text][/x_column][/x_row][/x_section][x_section style= »\ » margin:= » » padding:= » »][x_row inner_container= »\ » true= » » marginless_columns= »\ » false= » » bg_color= »\ » style= »\ » margin:= » » auto= » » padding:= » »][x_column bg_color= »\ » type= »\ » style= »\ » padding:= » »][x_text]Cela semble assez simple, mais comment y parvenir ? Concentrez-vous sur les trois sources de carburant alimentaire :

Graisses

Les graisses mono et polyinsaturées et les acides gras oméga-3 comme ceux que l’on trouve dans les poissons d’eau froide comme le saumon et la truite, les noix et l’huile de lin. Et ne négligez pas les mauvaises graisses comme les graisses saturées et les graisses trans qui sont des graisses synthétiques et non naturelles. « Les graisses trans sont fabriquées lorsqu’une huile végétale liquide est transformée en une graisse solide, et sont souvent ajoutées aux aliments transformés pour en améliorer le goût et la texture, et aider les aliments à rester frais plus longtemps », explique-t-elle, ajoutant que ces graisses peuvent accroître le risque de maladie cardiaque en augmentant le taux de cholestérol.

Protéine

« Les protéines jouent un rôle essentiel dans l’organisme », explique-t-elle, car elles effectuent la majeure partie du travail dans les cellules et sont nécessaires à la structure, au fonctionnement et à la régulation des tissus et des organes du corps. Les bonnes sources de protéines sont le poisson, la viande de volaille, le tofu, les légumineuses (haricots et lentilles), les produits laitiers (fromage, yaourt et lait), les œufs et les légumes comme le chou frisé, les épinards, les asperges, les choux de Bruxelles et les champignons.

Glucides

Source importante d’énergie, les glucides comprennent les céréales complètes, les légumes, les fruits et les haricots. Mais rappelez-vous que tous les glucides ne sont pas bons pour vous, dit Hesketh, en soulignant que les glucides raffinés ou les sucres comme le pain blanc, le riz blanc, les pâtisseries, les boissons gazeuses n’ont que peu ou pas de valeur nutritionnelle et à la longue. En fait, une consommation régulière de glucides raffinés peut entraîner une résistance à l’insuline, ce qui peut se traduire par une prise de poids, un manque d’énergie, du diabète, des maladies cardiaques et d’autres problèmes de santé.

Mme Hesketh ajoute que même les meilleurs choix alimentaires peuvent être préparés d’une manière qui appauvrit les nutriments, par exemple en cuisant trop ou en couvrant les aliments d’un excès de fromage, de beurre et de sauces grasses ou sucrées.

Et puis il y a les choses qui peuvent potentiellement priver votre corps d’énergie, comme la consommation d’alcool, de café, de boissons gazeuses, le tabagisme, les glucides raffinés comme la « malbouffe », et le stress.

Ça vous semble beaucoup ? Hesketh affirme que même un petit changement de régime alimentaire peut faire une grande différence en termes d’énergie.

« Le fait de faire ne serait-ce qu’un pas vers une alimentation plus saine présente de nombreux avantages », dit-elle. « Un peu plus d’énergie, un esprit plus clair. Et comme vous vous sentez mieux, vous aurez envie d’en faire plus. »

Melanie Hesketh peut être jointe à l’adresse www.lifetimewellnesscentre.com.

[/x_text][/x_column][x_column bg_color= »\ » type= »\ » style= »\ » padding:= » »][x_text]Cinq façons de dynamiser votre alimentation

  • Consommez quotidiennement trois types différents de protéines
  • Trois cuillères à soupe de graisses saines par jour
  • Deux à trois portions de fruits
  • Au moins trois portions de légumes
  • Jusqu’à trois petites portions de céréales complètes ou de féculents par jour.

[/x_text][/x_column][/x_row][/x_section]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.