Comment vivre après avoir dit au revoir ?

Comment vivre après avoir dit au revoir ?

Ce sentiment est horrible et douloureux, et signale souvent le début d’une spirale de culpabilité, de doute de soi et de peur – tout cela est très commun et très normal chez les survivants d’événements traumatiques, qui incluent un diagnostic de santé mettant la vie en danger comme le cancer. En fait, il a même un nom. La culpabilité du survivant, ou syndrome du survivant, fait référence à la conviction que l’on n’est pas digne de survivre. Il décrit également les troubles émotionnels liés au soulagement et à la satisfaction d’avoir survécu, mais aussi à la culpabilité et à la honte d’éprouver ces sentiments alors que d’autres n’ont pas survécu.

Alors comment se fait-il que mon ami et moi ayons été ceux qui se tenaient à l’extérieur du salon funéraire ce jour-là avec un soleil d’été glorieux réchauffant nos visages, et pas Nancy ?

Vous pourriez appeler ça de la chance, ou du destin. Ou peut-être croyez-vous qu’un pouvoir supérieur nous a gardés sur cette terre. Pour d’autres, il peut s’agir d’une question de science pure – peut-être sommes-nous plus jeunes, plus forts, avons-nous de bons gènes, notre cancer est-il différent, nos médicaments sont-ils plus récents, notre maladie était moins avancée, ou peut-être très avancée et nécessitait-elle une intervention plus rapide… Ou peut-être est-ce tout simplement le cas.

La vérité est que nous ne savons pas pourquoi certains meurent et d’autres pas. À mon sens, ceux d’entre nous qui sont encore debout doivent changer la question, pour eux-mêmes, mais aussi pour ceux que nous avons perdus.

Au lieu de nous demander « Pourquoi suis-je en vie et pas elle ? », prenons un moment pour reconnaître le miracle d’être encore là. Ressentez la chaleur du soleil d’été. Réconfortez ceux qui ont perdu. Parlez pour ceux qui ne le peuvent pas. Nous pourrions peut-être nous rendre compte que la vraie question n’est pas tant une question qu’une déclaration : « Je suis ici aujourd’hui, alors que vais-je faire ? »

Vivre avec l’une des maladies les plus redoutées de ce siècle est terrifiant. Dire au revoir à ceux qu’il nous vole ? Dévastateur. Et survivre alors que d’autres ne le font pas ? Parfois le plus difficile à accepter.

Mais nous avons survécu, au moins pour aujourd’hui. Alors, que vas-tu faire ?

\ Nancy Carmella Whyte 1953 – 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.