Quand la musique devient émotionnelle

C’est la pianiste de concert Marian Grudeff qui a mis Susan Richardson, professeur de piano à Toronto, sur la voie de l’intégration de la musique dans sa vie affective.

« Marian était une femme extraordinaire », déclare M. Richardson, qui détient le titre d’associé du Royal Conservatory of Toronto en interprétation du piano. « Elle croyait que l’on avait besoin de la musique pour apporter un équilibre émotionnel et la paix dans sa vie. Elle m’a donné une boîte à outils au clavier ».

Grâce à cette « boîte à outils », Mme Richardson a pu trouver un réconfort et un refuge dans les moments les plus difficiles de sa vie.

« Il y a des émotions difficiles dans la vie », dit-elle. « Peut-être vous sentez-vous déprimé ou anxieux. Peut-être le réconfort vous échappe-t-il. Quoi que vous ressentiez, quel que soit votre sentiment, la musique vous offre un domaine non verbal pour faire l’expérience de l’énergie émotionnelle. Lorsque vous jouez ou écoutez un morceau qui reflète ce que vous ressentez, il y a aussi la possibilité d’un changement ou d’une résolution de cette énergie. Les grands compositeurs étaient passés maîtres dans l’art d’opérer des changements de tonalité et des résolutions d’accords, qui affectent finalement l’architecture du cerveau et créent un incroyable sentiment d’ordre et d’équilibre. »

Ça a l’air génial. Mais que faire si vous n’avez pas de talent musical ?

« Tout le monde est musical », dit Richardson, qui enseigne également le yoga. « Regarde autour de toi. La musique est partout, dans toutes les cultures. Il y a des tambours et des chants. Surveillez tout jeune enfant lorsqu’il y a de la musique. Ils bougent naturellement leur corps. La musique est en chacun de nous. William Westney (auteur de The Perfect Wrong Note) » déclare : « Les êtres humains sont des êtres musicaux : faire de la musique est notre droit magique de naissance et une composante importante de ce que nous sommes et de ce qui nous rassemble ».

Que vous pensiez ou non être capable de jouer du piano ou de chanter n’a pas d’importance, dit Richardson, qui suggère la lecture de « The Perfect Wrong Note », de William Westney. Westney, pianiste et pédagogue, estime que jouer une fausse note n’est pas une mauvaise chose. En fait, les erreurs sont la porte d’entrée de l’apprentissage. « Elles sont vraies et pures », convient Mme Richardson. \Elles nous montrent, avec une clarté immédiate et élégante, où nous en sommes et ce que nous devons faire ensuite. »

« Si vous vous autorisez à vous ouvrir à la musique, aux mélodies et aux harmonies, dit Richardson, vous la trouverez en vous comme une expérience différente d’écoute, plutôt que de pensée. » Et peut-être aussi un peu de paix et de calme en cours de route.

Quelle que soit la façon dont vous choisissez d’explorer les avantages de l’ajout d’harmonie et de rythme dans votre vie, que ce soit en jouant des mélodies simples et aléatoires sur un piano ou un autre instrument, ou simplement en écoutant une composition, l’expérience semble trop bonne pour être manquée.

« Parfois, ce sont les pièces les plus simples qui sont les plus touchantes », dit Richardson. « À tous les niveaux, on peut trouver de l’expression. Pour moi, peu importe ce que je joue, tant que je joue, et que je suis émotionnellement présent, cela me donne l’impression que tout va bien se passer. »

\

Vous pouvez joindre Susan à l’adresse susanrichardsonpiano.com ou susanrichardsonyoga.com. Vous pouvez également l’écouter jouer en cliquant ici.

La playlist émotionnelle de Susan

Vous recherchez la pièce parfaite pour accompagner ou apaiser votre humeur ? Susan nous parle de certains de ses meilleurs choix :

L’anxiété: Intermezzo de Schumann extrait de Faschingswank Aus Vien
J’adore ce morceau avec son rythme incessant et ses notes dissonantes. Schumann était bi-polaire et enclin à la dépression et aux tendances suicidaires. Cette pièce me fascine en ce qu’elle est à la fois un sentiment de torture et une beauté transcendante.

Colère: Mozart Sonate en la mineur
Certains pourraient douter que la musique de Mozart puisse exprimer la colère, car elle est surtout associée à l’équilibre, l’élégance et la symétrie. Cependant, je sens qu’il existe une intensité émotionnelle dans ce morceau, qui me permet de travailler avec la qualité et la vibration de la colère. Mozart a écrit ce morceau après la mort de sa mère. Certains spécialistes doutent de l’existence d’un lien, mais il plonge dans cette sonate dans des profondeurs qui dépassent celles de beaucoup d’autres de ses œuvres.

Tristesse: Beethoven Op 110 3ème mouvement
Aucun mot ne pourrait exprimer ce que Beethoven dit ici en son. Isador Duncan a dit : « Si je pouvais le dire, je n’aurais pas besoin de le danser ». Beethoven a écrit ceci à la fin de sa vie alors qu’il était complètement sourd. Faut-il en dire plus ? Après l’intensité des trois premières minutes, le mouvement se transforme en une expérience de joie et de positivité et l’on sent que l’on peut surmonter toutes les difficultés.

Stress: Fugue n° 4 en do# mineur de Bach
J’ai l’impression que la fugue, qui commence à 3:14, est une médiation pour rester calme alors que les choses montent en intensité. Le rythme lent et pensif se déploie progressivement et devient plus vif et plus complexe. Le message que je retiens est que nous pouvons tout supporter au fur et à mesure que la vie se déroule et que les défis inévitables se présentent.

Joie: Bach Prélude et fugue n° 3 en do# majeur
Si joyeux ! !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.